Les Végans, l’avenir de l’humanité ?

Il était une fois :

Notre planète, comme tout ce qui se trouve dans l’univers à vocation à vivre, à produire et se reproduire.

L’animal sauvage, tel qu’on le connait, peut se trouver dans la situation d’être chasseur ou proie. Ou quelquefois les deux s’il se trouve en milieu de chaîne alimentaire. Les petits animaux se font manger par les plus gros et ainsi de suite.

Les herbivores ( bovins, équins, caprins, ovins … ) ont pour rôle de transformer les végétaux qu’ils absorbent, en muscle, comestible pour les animaux carnivores ou omnivores. C’est la dure loi de la nature, manger ou être mangé.

Et l’homme dans tout ça ?

Bien qu’étant un animal à la base ( enfin, sur ce qu’on en sait… ), l’homme a évolué différemment. Son cerveau s’est développé de telle sorte, qu’à ses instincts primaires de survie et de reproduction s’est greffée la possibilité de réfléchir, de raisonner.

Petit retour en arrière :

Le premier Homme est apparu sur terre il y a environ 4 millions d’années.

A ses débuts, il ressemblait plus à un singe marchant sur deux pattes qu’à l’homme du XXI ème siècle. Sa nourriture quotidienne était composée aux 3/4 de végétaux.

Vers 2 millions d’années avant notre ère, l’Homo Erectus  commence à manger plus de viande. Et aux alentours de 1 million d’années, les derniers hommes se nourrissant presque exclusivement de végétaux, s’éteignent, laissant la place aux omnivores.

C’est à cette époque qu’apparait l’Homo Sapiens, notre plus proche ancêtre. Il invente la cuisson et domestique les animaux : les moutons vers 9500 avant J.C et les bovins vers 8000 avant J.C.

source : http://www.la-viande.fr/culture-societe/homme-viande-travers-ages

Puis vint l’ère de l’ Homo Modernus :

Au fil des millénaires, l’homme s’est adapté à son environnement. Ses besoins ont évolué, et, pour les combler, Dame Nature lui a mis à disposition la chair animale. C’est grâce à un régime alimentaire varié, composé de fruits, de légumes et de viande que nous avons aujourd’hui ce corps avec ses capacités physiques et intellectuelles.

Mais aujourd’hui, une évolution inattendue se dessine : une marche arrière tendant à faire revenir l’homme à l’époque de ses premiers émois de bipède. L’Homo Modernus ne doit plus manger de viande ! Il en va de sa santé et de celle de la planète ! Place au végans !!!

 Qu’est ce qu’un végan ?

Un végan est une personne qui ne mange pas de viande mais qui, en plus, n’achète aucun produit dont la composition pourrait contenir un quelconque résidu animal ( par ex. : un produit cosmétique contenant de la gélatine de porc ou porter un manteau en fourrure de renard ). Mais dans ces végans, certains sont équilibrés et font leur vie sans embêter personne ( pour ne pas employer un autre mot ), tandis que d’autres voudraient coloniser la terre et imposer leur vision à l’Univers entier ! C’est celui là que j’appelle le végan extrémiste !

Cette branche de végans, se différencie par le fait que pour lui tous les moyens sont bons pour imposer sa philosophie au monde. Ces personnes veulent faire abolir l’élevage ( qu’il soit traditionnel ou industriel ) sur notre planète. Il faut faire disparaitre les mangeurs de vaches, cochons, dindons et autres pigeons de la surface de la terre afin que l’humanité nage dans le bonheur retrouvé avec Fanfan, Winnie et Bourriquet au Royaume des Bisounours ! 😇

Et malheureusement aujourd’hui ce sont eux que les médias prennent en considération !

Ce qui vous vous doutez bien ne plait pas aux industriels de l’agroalimentaire mais dérange aussi et surtout les éleveurs français qui font ce métier avec passion et élèvent leurs animaux de la meilleure façon possible !

 Comment en est-on arrivé là ?

Un facteur déterminant qui a fait que le mouvement végan s’est développé ces dernières années est dû a l’importance croissante donnée au bien être animal. Les extrémistes végans sont aussi et surtout spécistes, ils comparent les animaux  à l’homme. Pour eux, nous sommes tous sur le même pied d’égalité. Et pour ne plus tuer d’animaux et ne plus manger de viande, ce lobby a trouvé un argument qui fait mouche : la viande est mauvaise pour la santé de l’homme ainsi que pour la planète. Elle est responsable de tous les maux dont nous souffrons à l’heure actuelle ( maladies liées à la malbouffe, pollution, trou dans la couche d’ozone ).

 Pourquoi aujourd’hui ?

Ce mouvement n’aurait pu naître il y a de cela 60 ans. En 1955, presque un actif sur trois était agriculteur ( 27 % ). L’agriculture était familiale en grande majorité et chaque exploitation produisait pour nourrir une population locale ou régionale.

Depuis l’agriculture a évolué, les enfants des campagnes sont allés travailler en ville, les exploitations restantes se sont agrandies et un fossé s’est creusé entre citadins ( déconnectés du cycle de la vie ) et ruraux ( déconnectés de ce que sont devenus les citadins ).

Les végans sont-ils légitimes ?

Ce mouvement n’est pourtant pas arrivé là par hasard. Les abus de l’élevage industriel de masse en sont les premiers responsables. Après la guerre 39-45, il a fallu tout reconstruire. Et c’est durant les 30 glorieuses ( 1945-1973 ) que l’agriculture à commencé sa modernisation. Il fallait produire à tout va pour nourrir une population mondiale sans cesse croissante. Un peu plus tard dans les années 1990, on en est même venu à donner des farines animales à des vaches ! C’est comme ça qu’est apparu la maladie de la ” vache folle “.  Néanmoins ces abus ont rapidement été controlés. Il est à noter que la vache Aubrac n’a jamais eu à déplorer de cas de vache folle.

Les conséquences du Véganisme à grande échelle en France :

Si le véganisme s’installait à grande échelle en France, des conséquences économiques certaines seraient à déplorer pour le pays.

Sachons tout d’abord une chose : du fait que les agriculteurs n’élèveraient plus d’animaux sur leur ferme, très peu d’animaux d’élevage arriveraient à survivre de manière sauvage ( maladies, concurrence avec les animaux sauvages, prédateurs …).

Ensuite les territoires entretenus jadis par les animaux ne le seraient plus et seraient remplacés par des bois, des forêts. Avec la présence accrue de prédateurs comme l’Ours et le Loup.

Il faut aussi savoir que la France était en 2016 la première destination touristique mondiale. Le tourisme représentait plus de 7 % du PIB français. Croyez vous qu’un pays presqu’exclusivement composé du béton des villes, de forêts avec ses loups, ses ours et ses sangliers ainsi que de vastes plaines céréalières, serait aussi attractif ?

Enfin, la population d’éleveurs diminuerait sensiblement et d’après-vous un éleveur français engendre combien d’emplois liés à son activité ? Au total, en 2015, 3,2 % de l’emploi en France était lié à l’agriculture. Qu’en serait-il si la presque totalité des éleveurs disparaissait ?

Pour moi l’élevage français est sur les bons rails. Les éleveurs français doivent continuer à privilégier la production de viande ou de produits dérivés ( fromage par ex. )  sous signes officiels de qualités. Ils devront veiller à élever leurs animaux en pleine nature et privilégier des façons de travailler naturelles ( homéopathie, huiles essentielles, conduite d’exploitation raisonnée, bio, biodynamie ). Il devront continuer à respecter leurs animaux tout au long de leur vie sur l’exploitation  et obtenir des abattoirs une fin de vie des animaux sans souffrances ( allez dire ça aux abattoirs agréés halal … ). Et surtout, les éleveurs doivent mieux communiquer et plus sur leur métier, la manière dont ils travaillent et sont élevés les animaux. La guéguerre avec les végans ou même anti-spécistes sera à éviter et le meilleur moyen est de ne pas répondre aux provocations.

Car si l’on réfléchit un peu, les éleveurs ne sont ni bêtes ni spécistes. Ils comblent les besoins de leurs animaux, les aiment, les respectent. Un animal en bonne santé est agréable à regarder et apporte de la fierté à son éleveur. La fierté d’élever des bêtes sereines dans leur pré, de nourrir des gens sainement et de faire un métier en accord avec la nature !

 

Spécisme : attitude consistant à refuser indûment le respect envers la vie, la dignité, ou les besoins d’animaux appartenant à d’autres espèces que l’espèce humaine : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sp%C3%A9cisme

 

Emplois liés à l’élevage :

https://gis-elevages-demain.org/content/download/3330/33942/version/2/file/Les+emplois+li%C3%A9s+%C3%A0+l%27%C3%A9levage+-+rapport+final+avec+annexes+VF.pdf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 14
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *